Faites le test de la dépendance aux écrans et sachez ou vous en êtes maintenant !

Nouvelle Web Conférence offerte :

“Comment se libérer de l’addiction aux écrans ?” 

Dans cette conférence vous découvrez :

 

  • Pourquoi se libérer de l’addiction aux écrans, n’a rien à voir avec la volonté 
  • Les 4 étapes pour vous sortir de l’addiction 
  • Les 5 erreurs qui font replonger systématiquement 
  • Les clefs pour reprendre le contrôle définitivement  

Vous pensez avoir un problème avec l’addiction aux écrans,ou bien un de vos proches ?

Faites le point sur la situation.

Si vous visitez ce site web, c’est qu’il y a de bonnes raisons que vous vous ayez envie d’avoir d’avantage d’information ou que vous sentez qu’une spirale négative se met en place dans votre vie.

Vous pouvez reprendre votre vie en main.

 

Connaitre ou j’en suis dans l’addiction aux écrans est déjà une forme de sevrage.

Reconnaître ma vulnérabilité et le premier pas vers la guérison.

Le principal obstacle à la guérison est le déni !

Le déni est très souvent présent dans le processus addictif. Il empêche toute prise en charge personnel ou bien aidée. Il est possible que la personne qui lise ces lignes soit un(e) proche de la personne qui sombre dans la dépendance et qui souhaite lui apporter sont aide. 

Que vous soyez conjoint ou parent, il est important de ne pas laisser la personne seule dans la dépendance. 

C’est le piège principal de la dépendance: l’isolement  

Rester ne lien le plus longtemps possible et faire prendre conscience à la personne des difficultés qu’elle traverse et dont elle n’a pas conscience. 

Ce test est un bon moyen d’emmener la personne à faire cette prise  de conscience. 

Est-ce que je suis dépendant aux écrans ?

 

Pour la personne dépendante c’est un moyen de vivre dans le « faux plaisir » de la dépendance et de ne pas voir les dangers qui sont de plus en plus présents dans sa vie.

  • Isolement social
  • Problèmes relationnels
  • Manque d’intérêt pour le présent
  • Trouble du sommeil
  • Trouble du comportement
  • Problèmes physiques et moraux 

La section ci-dessous vous donne les signes qui doivent vous alarmer : Si vous souhaitez aller plus loin et en avoir le cœur net faites le test

Si vous vous reconnaissez dans les descriptions ci-dessous, il y a  de grande chance que vous soyez pris dans un l’engrenage de l’addiction.

Prolonger cette période d’instabilité émotionnelle peut aggraver les conséquences et encourager une consommation encore plus importante des écrans. 

Même si par expérience, les signes peuvent être personnel et chaque histoire « motivation » qui emmène à vivre un processus addictif est personnel, il y a des éléments qui peuvent être commun.

Cette liste non exhaustive est ici pour aider à une première approche  et une première prise de conscience.

Faites le test et regardez si vous avez des risques d’être dépendant à cette addiciton

Un court métrage qui montre parfaitement le processus addictif, avec simplicité et vérité.

Relations sociales tendues et un isolement qui s’installe :

Un  signe important que vous pouvez avoir lors d’une dépendance aux écrans, que ce soit avec les amis, collègues et en particulier avec votre compagne/compagnon de vie ou votre famille, est une rupture ou une dégradation forte des relations. 

Lorsque l’activité liée aux écrans est importante, la personne qui entre dans la dépendance est fortement mobilisée par le temps passé, par l’énergie déployée  

C’est ainsi que le cercle vicieux se met en place.

 

Le sentiment de honte :

C’est unes des première émotions expérimentée par le dépendant.

La honte de vivre une vie différente des autres en ayant accès au plaisir qui enferme la personne sur elle même est restreint sa vie à peu d’activité dans la vie “réelle”.

 La difficulté lorsque les personnes sont addicts au réseaux sociaux est que la vie par procuration sur les réseaux remplace la vie réelle. 

La vie au travers des écrans et des réseaux sociaux fascine car elle est maîtrisable, identifiable et contrôlable. C’est une des raisons principales qui entraîne la personne dans l’addiction et dans l’enfermement. 

 

Le sentiment de honte vient lorsque la personne dépendante comprend qu’elle ne peut pas gérer sa vie de manière harmonieuse. 

 

La récompense et l’acceptation sociale, un moteur puissant :

 

Les écrans et les réseaux sociaux ont profondément changé la relation à l’autre, la relation à la vie, Il suffit de se rendre un concert pour voir le nombre de personne qui film le concert en “live” plutôt que d’écouter ce qui se passe en réel devant eux pour comprendre que mettre sa vie en scène est devenu plus important que vivre ma vie.

 

Qu’est ce qui pousse les personnes à poster et à vivre au travers des écrans ?  

Au travers d’un filtre d’image, de scènes travaillées et refaites comme au cinéma, l’image et l’attitude à pris le pas sur la réalité. Il vaut mieux avoir l’air que être. 

C’est la volonté séculaire de l’homme de se faire reconnaître par ses pairs, c’est à dire de se faire accepter par la communauté, Un des châtiments le plus difficile est le bannissement. 

L’exclusion de la communauté est une peur immense, et c’est sur cette peur que les réseaux sociaux s’appuient pour faire monter le nombre de leurs inscriptions. 

Celui qui n’est pas présent est exclus. Même si on est pas la pas on peut parler de moi… Et je veux savoir ce qui est dit de moi afin de connaitre mon positionnement dans la communauté, dans le monde… dans mon monde. 

 

Se sont les personnes les plus fragiles qui subissent le plus cette influence négative de cette peur et entre dans une constante alerte de ce qui peut se passer ou être dit sur le réseaux. 

 

C’est pour cela que les adolescents sont tellement sujet à l’addiction au réseaux sociaux.  

 

 

Des pulsions de visionnages fréquentes :

 

Lorsque vous êtes dans certaines situations « normales » de votre vie, sur votre lieu de travail, dans votre vie de famille, et que « sans raison apparente » une pulsion de vous connecter vous prend. C’est aussi une manière de s’évader du quotidien. Lorsque le travail ou les relations sociales sont trop difficiles, le refuge dans les écrans est une solution à court terme pour pouvoir donner un sens à sa vie ou du plaisir accessible à volonté. 

 

Les pulsions de connexion sont souvent la possibilité de donné à la personne un exutoire à court terme pour gérer les pulsions émotionnelles… 

 

C’est avant tout la possibilité de donner une sensation de contrôle des émotions de sa vie, qui pousse la personne dans la dépendance et dans la connexion excessive.

 

Si cette description correspond à ce que vous vivez, il est fortement probable que la dépendance aux jeux vidéos soit présente dans votre vie.

 

Sentiment de perte de temps :

 

La connexion aux écrans prend du temps… beaucoup de temps… c’est d’ailleurs 

Tristan Harris , un des anciens concepteurs d’application disait dans la conférence liée  

Les concepteurs de réseau sociaux et d’application le savent bien et pour mieux comprendre la philosophie de cette industrie. C’est une une industrie de l’attention. C’est une armée de professionnel du comportement et des ressorts psychologiques qui construise les applications. 

Exactement comme dans un magasin, plus vous rester de temps sur l’application, plus vous donner de la valeur à l’application.

 

Ne vous fiez pas à la gratuité de l’application ou du service. 

 

L’objectif premier des concepteur est de garder les personnes le plus longtemps possible sur le jeu… pour gagner de l’argent. Votre temps est vaut de l’or. Pour eux et pour vous.  

“Si c’est gratuit c’est vous le produit”

 

Pour savoir combien de temps vous passez :

 

Pensez au temps que vous passez par jour par semaine, il est possible que cela soit difficile à comptabiliser.

Il y a des applications et des fonctions dans les smartphone pour savoir le temps de consommation. Trouver celui qui vous convient et installez le.

Cette première approche vous donnera une réelle consommation de votre temps passé à jouer. C’est le début de la prise de conscience qui sera le premier pas vers la libération de cette addiction.

Comme évoqué, le déni est souvent présent dans une personne souffrant d’addiction, comme l’alcool, la drogue …etc … On entend souvent des phrases comme « ce n’est pas grave »,  « c’est tout le monde qui le fait », « j’arrête quand je veux »… etc…

Mais cela n’est qu’une excuse et un moyen de protection (conscient ou inconscient) pour le dépendant de se protéger, car plus la dépendance est présente, plus la culpabilité et la honte se manifeste, plus la personne dépendante doit trouver une solution pour faire baisser ce sur-stress.

Le déni est le moyen le plus simple et le plus rapide pour apaiser la souffrance psychique profonde.

Cependant cette stratégie n’est valable que sur le court terme et ne fait que repousser l’échéance et cacher le problème. Tôt ou tard il faudra que la personne dépendante entre dans une phase de prise en charge de l’addiction.

 

Ils témoignent de leurs expériences du sevrage des écrans

Des nombreuses personnes ont pu bénéficier de la méthode et de l’efficacité du programme ATMA. Découvrez ce que les participants au programme en disent.

Découvrez les dernières actualités du blog dédiée à l’addiction aux écrans

Ce blog regroupe toutes les informations, les conseils, les articles et les vidéos sur les dernières recherchent et solutions concernant l’addiction aux écrans.

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.